Ce sujet a 4 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Martine Vincent, il y a 5 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #36199
     Martine Vincent 
    Participant

    Bonjour Ulrich & Nelly et toute la communauté academocéto

    J’ai vu passer un jour une question (non répondue) sur la “théorie du Pull & Push en rapport je crois avec la néoglucogénèse et je ne retrouve pas avec la loupe. Quelqu’un aurait-il une exlication et de la doc sur cette théorie ??

    Il me semble avoir lu un article que je ne retrouve pas ……et si j’ai bien compris ?????? arrivé à un certain stade de cétose nutritionnelle profonde, l’organisme tirerait seulement (pull) ce dont il a besoin, des protéines ingérées pour les transformer en glucides et le reste est utilisé pour batir, au lieu d’etre dans une situation de “push” où dans ce cas là il est obligé de traiter toutes ces protéines “excédentaires” et de les transformer en glucose…d’où la montée de la glycémie et décharge d’insuline???

    Franchement je ne suis pas sure du tout d’avoir compris le chmilblick …et je voudrai vraiment éclaircir ce point qui me semble en rapport avec cette néoglucogénène dont tout le monde s’effraye (d’où toute ces polémiques avec les protéines ) et qui est pourtant un mécanisme qui est “sauf et intelligent” mais qu’il faut comprendre.
    Bon désolé mon explication est peut-être confuse, mais je compte sur ce lieu d’échange pour démêler cette histoire de “pull & push”

    #36202
     Ulrich Genisson 
    Modérateur

    c’est plutôt pas mal documenté : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4450381/
    Mais d’après ce que tu écris, je ne suis pas certain que ais bien compris la néoglucogénèse, pourquoi, dans quelle proportion etc…

    C’est dans quel cadre que tu t’interroges ?

    #36220
     Martine Vincent 
    Participant

    Bonsoir Ulrich, pardonnes ma réponse tardive…et merci beaucoup pour ce lien. Je vais prendre le temps de m’appesantir sur cette étude qui est très « pointue » et je suis loin d’avoir tout saisie du premier coup.

    Pour revenir à ma question, il me semble que j’ai entendu parlé de cette notion de “pull & push” dans le cadre d’un échange sur un groupe FB concernant la gluconéogénèse, et de cette polémique incessante sur le “trop” (ou le « pas assez » ) de protéines dans un mode de vie cétogène et qui mettrai en danger ton état de cétose et de carburer aux acides gras et aux cétones.
    J’ai trouvé dans l’article (lien ci-dessous)
    http://www.ketotic.org/2012/08/if-you-eat-excess-protein-does-it-turn.html?spref=fb
    cette notion qui peut-être serait une réponse ???? Gluconeogenesis is Demand-Driven(pull) not Supply-Driven(push)
    Bien sur mon interrogation est de comprendre dans ce débat sans fin (et chacun à de bonnes raisons à défendre le “peu” ou le “beaucoup” de protéines) ce mécanisme de la gluconéogénèsee et de ne pas se formaliser si tu dépasses ton quota de protéines certains jours, grace à ce coté “intelligent et adaptogène” de notre organisme qui “tire= pull” et converti seulement les protéines en fonction de ses besoins et qui n’est pas assujetti à (l’offre=push) à transformer à tout prix en glucose une trop grande quantité de protéines qui seraient absorbées…Je ne sais pas si je me suis bien expliquée sur cette notion que j’ai cru saisir …mais qui est peut-etre complètement à coté de la plaque. En tous les cas merci de me lire et si tu peu m’éclairer sur des points que je n’aurai pas bien saisi…c’est bien venu.Bonne fin de soirée

    #36221
     Ulrich Genisson 
    Modérateur

    Le débat concernant le niveau approprié de protéines en LCHF est d’abord une histoire d’objectif.

    Comme je l’ai expliqué dans la céto academy, l’utilisation ou non des acides aminés pour construire et entretenir le corps dépend principalement de la voie mTor. Trop ou pas assez : neoglucogenese.

    Mais cette neoglucogenese est piloté totalement individuellement et dépend d’un nombre considérable de paramètres.

    Ainsi chez certaines personnes 50% de l’excès de protéines subira une conversion alors que chez d’autres seulement 10%.

    D’où la nécessité aussi de bien se ceto-adapter pour retrouver une bonne sensibilité à l’insuline. Plus tu deviens un brûleur de gras et moins tu as besoin de neoglucogenese. Plus tu retrouves de sensibilité à l’insuline et plus le glucose disponible va vers le muscle et non vers le gras.

    J’ai mis en référence en bas des leçons de la céto academy plusieurs études sur le sujet. Tu pourras en reprenant les auteurs télécharger une bonne centaine d’études cliniques qui en parlent.

    #36225
     Martine Vincent 
    Participant

    Vraiment merci Ulrich je vais étudier (je les avais juste ouvert et survoler)tous les liens en rapport avec cette étude et méditer dessus. Si quelque chose n’est toujours pas clair, je reviendrai vers toi sur ce blog car c’est vraiment quelque chose que je veux intégrer et appliquer. Passe un délicieux WE avec Nelly.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

© 2015-2018 EatFat2BeFit #LCHF #MadeInFrance with ❤️

ut eget amet, lectus risus. venenatis, libero luctus Aliquam sem, Sed

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?