MODULE 6 – Vaincre et prévenir la maladie avec l’alimentation LCHF

[Module réservé aux membres]

La cétose est naturelle et tout le monde l’a déjà expérimentée spontanément lors d’une grippe, par exemple. Le petit humain vient au monde en cétose nutritionnelle, c’est donc un état métabolique totalement normal. Alité, avec une fièvre importante, vous frissonnez et votre appétit est anéanti. Savez-vous que derrière ce banal état grippal, se trouve une opération parfaitement orchestrée qui provoquera votre entrée en cétose ? La fièvre va naturellement vous couper l’appétit. Une fois vos réserves de glycogène réduites, sera alors produit un corps cétonique, le β-hydroxybutyrate (BHB) permettant une réponse inflammatoire adéquate. Cet état particulier de jeûne facilitera aussi le recyclage des cellules immunitaires endommagées.

Cette réponse métabolique spontanée est souvent ignorée, mais elle est pourtant totalement naturelle et participe à notre guérison. Ce n’est pas le seul cas où les corps cétoniques peuvent nous venir en aide. Les bienfaits pour notre santé et la réduction de nombreux risques sont au rendez-vous avec une approche LCHF. Un des indicateurs clé qui matérialise notre relation au sucre étant l’hémoglobine glyquée (HbA1c). Diabète, cancer, maladies cardiovasculaires, maladies neurodégénératives, épilepsie sont autant de domaines où l’alimentation cétogène peut intervenir.

eatfat2befit-diabete-CVD-6-0

LEÇON 6.0 : L'alimentation LCHF contre la maladie

L’alimentation cétogène (état de cétose nutritionnelle) pour combattre la maladie : voilà un sujet très prometteur ! Lorsque l’on explore toute la science pour toutes les pathologies, le bilan est à la fois plein d’espoir, mais aussi décevant face au manque d’intérêt du monde médical qui n’a pas grand-chose à y gagner. Je n’irai pas par quatre chemins : préconiser une alimentation LCHF à des millions de gens pour guérir, ne rapporte rien ! Il faut donc devenir autonome.

medical-563427_1280-6-1

LEÇON 6.1 : Liste non exhaustive des maladies concernées

Épilepsie, diabètes I et II, obésité, syndrome des ovaires polykystiques, syndrome du côlon irritable, reflux gastro-œsophagien, stéatose hépatique, maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, démence et schizophrénie, narcolepsie, cancer, fibromyalgie, migraine, lésions cérébrales traumatiques, accident vasculaire cérébral, hypertension… Voici une partie des pathologies pour lesquelles l’alimentation cétogène peut jouer un rôle.

diabetes-1724617_1280-6-2

LEÇON 6.2 : Les diabètes

92 % des cas de diabète dans le monde, sont des diabètes de type II, c’est-à-dire des diabètes dus à notre mode de vie, même si une certaine proportion tient aussi de facteurs génétiques. 6% des diabètes sont de type I, une maladie auto-immune qui détruit les cellules bêta qui produisent l’insuline. Les 2 % restants sont d’autres types plus rares de diabètes. Dans tous les types de diabètes, l’alimentation LCHF peut être d’une aide précieuse !

eatfat2befit-diabete-normalisation-glycemie-lchf-6-2-1

LEÇON 6.2.1 : Diabète de type I

Les études cliniques sur l’approche LCHF pour le diabète de type I ne manquent pas, le régime LCHF permettant une réduction notable de l’hémoglobine glyquée (HbA1c). Rappelons que cette dernière permet de déterminer précisément la moyenne de la glycémie sur les 3 derniers mois. Nous rendrons donc hommage au pionnier, le Dr Richard K. Bernstein avant d’aborder les promesses de guérison.

pre-diabetes-2424105_1280-6-2-2

LEÇON 6.2.2 : Prédiabète ... la résistance à l'insuline

Il est la signature de la mauvaise alimentation dans les pays riches, mais plus récemment aussi dans les pays pauvres, signe que la malbouffe se généralise. L’OMS et toutes les autorités dans le monde  nous alertent sur le niveau croissant de diabétiques et de prédiabétiques. On parle de 100% d’augmentation de cas entre 1980 et 2014, avec 422 millions de personnes diabétiques. Si l’on ajoute le prédiabète, on dépasse le milliard d’êtres humains !

eatfat2befit-comparatif-LCHF-IG-Jenkins-6-2-3

LEÇON 6.2.3 : Diabète de type II

Si vous avez laissé dépasser le stade du prédiabète sans rien changer dans votre alimentation, alors vous voilà diabétique de type II. Probablement que l’on vous a dit beaucoup de choses déjà sur le sujet : avoir un mode de vie normal grâce à l’injection d’insuline, continuer à avoir une vie sociale, que votre maladie était définitive, que la guérison était impossible. Bref, on vous a dit que vous étiez malade du sucre, mais que grâce à l’industrie pharmaceutique vous alliez pouvoir continuer à en manger, sans jamais toutefois être guéri. Ceci mérite des explications, car au risque de vous surprendre il est possible de venir à bout d’un diabète de type II en quelques semaines !

epilepsie-607478_1280-6-3

LEÇON 6.3 : L'épilepsie

C’est là que tout a commencé dans les années 20 ! Utilisée depuis bientôt un siècle en milieu clinique, l’alimentation cétogène à but thérapeutique trouve son origine dans l’antiquité avec le jeûne, déjà afin de lutter contre … les crises d’épilepsie. Avec cette diète, on cherche simplement à mimer les effets du jeûne. Bien évidemment, au quotidien mettre en œuvre une diète cétogène contre l’épilepsie impose une véritable révolution en cuisine et demande rigueur et volonté. Mais le résultat obtenu est bien meilleur et durable que celui du jeûne.

eatfat2befit-score-calcique-6-4

LEÇON 6.4 : Maladies cardiovasculaires

Utiliser une alimentation LCHF, c’est-à-dire riche en bonnes graisses et en particulier saturées pour réduire le risque cardiovasculaire : une proposition qui rentre clairement en opposition avec le dogme actuel. Il faut se tourner vers la science pour essayer d’y voir plus clair, comme ce que nous indique une étude qui a passé en revue 20 ans de données concernant plus de 82 000 femmes ou bien encore la dernière étude PURE publiée en août 2017.

cancer-389921_1280-6-5-1

LEÇON 6.5.1 : Le cancer

Les docteurs Dominic D’Agostino et Thomas N. Seyfried aux États-Unis, Laurent Schwartz en France, l’équipe de Ulrike Kämmerer en Allemagne, sont à l’avant-garde de l’approche métabolique contre le cancer. Leurs recherches sont très prometteuses. De nombreuses études ont déjà été publiées, et d’autres sont en cours. Nous sommes donc véritablement en droit de nous demander pourquoi un régime cétogène n’est-il toujours pas systématiquement proposé aux patients.  Notamment dans des cas tels que le Glioblastome reconnu comme le cancer le plus réactif à cette diète.

eatfat2befit-homa-ir-6-5-2

LEÇON 6.5.2 : Lien entre nourriture et cancer

L’alimentation LCHF contre le cancer est plutôt simple à mettre en œuvre et se différencie peu des autres objectifs. D’abord, une phase de céto-adaptation qu’il faudra suivre scrupuleusement. Vous construirez ensuite une diète avec le moins de glucides possible, l’objectif étant d’affamer les cellules cancéreuses. Bien entendu, veiller à réduire la quantité de protéines à des niveaux relativement bas sera important afin de limiter le phénomène de néoglucogenèse, mais aussi les sources de glutamine pouvant nourrir les cellules cancéreuses. Selon que votre cancer soit hormono-dépendant ou non, vous pourriez aussi vouloir retirer, au moins temporairement, certains aliments.

eatfat2befit-sclerose-plaque-Terry-Wahls-6-6

LEÇON 6.6 : Alzheimer et les maladies neurodégénératives

L’alimentation cétogène pour venir en aide aux malades atteints de pathologies touchant le cerveau impose une rigueur extrême. Comme nous le montrent les études, ces maladies sont liées à une défaillance du métabolisme du glucose comme substrat énergétique pour le cerveau. On va donc chercher à optimiser la cétose nutritionnelle au maximum de son potentiel pour couvrir les besoins du cerveau en corps cétoniques, et particulièrement en β-Hydroxybutyrate (βOHB) dont les effets sont de plus en plus étudiés.

© 2015-2018 EatFat2BeFit #LCHF #MadeInFrance with ❤️

sem, quis, Lorem quis libero. id

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?