censure : le régime cétogène en danger

censure régime cétogène

Nous publions aujourd’hui cet article pour vous alerter sur un phénomène grandissant depuis 2 ans et qui signera peut-être l’arrêt de mort du régime cétogène très bientôt tout en faisant disparaitre des pans entiers de science liés à votre santé : Je veux parler de la censure!

Tout ce qui va suivre est de la plus haute importance ! Si vous n’avez pas le temps de tout lire aujourd’hui, mettez cet article de côté pour plus tard. Il est indispensable que vous soyez parfaitement informé de la situation.

 

Il y a 25 ans, la connaissance se trouvait uniquement dans la littérature. Il fallait acheter un livre, être abonné à une revue scientifique ou se rendre à la bibliothèque pour avoir accès au savoir. À cette époque, les médias (télévision, radio, journaux) ne jouaient encore qu’un rôle secondaire dans la diffusion de l’information et de la connaissance indispensables pour se forger une opinion. C’est-à-dire que ces médias ne faisaient que relayer l’information, ils n’en étaient pas encore « les producteurs ». Même si je vous l’accorde, c’était déjà très orienté, nous étions très loin de ce que nous vivons actuellement.

 

Aujourd’hui, notre monde a bien changé. L’information en continu à la télévision distille la peur et la désinformation à un rythme effréné et les réseaux sociaux se sont appropriés le ministère de la vérité Orwellien de « 1984 ». Les livres sont de moins en moins lus, la littérature scientifique est citée à dessein sans jamais avoir été consultée, le temps pour l’analyse et la réflexion n’existe plus. Nous nous retrouvons dans un monde où le journaliste a pour rôle la diffusion de la propagande officielle légitimisée grâce à de pseudos débats avec des médecins rémunérés par l’industrie pharmaceutique. Je vous invite d’ailleurs, quand vous entendez un « expert » dans un de ces médias, à consulter immédiatement la base de données publique « Transparence Santé » pour savoir s’il est rémunéré par l’industrie pharmaceutique ou pas. Ce qui malheureusement est presque toujours le cas. Comment faire dans ces conditions pour démêler le vrai du faux et l’information de la propagande ?

 

Le premier réflexe est de nous tourner vers internet, pour dénicher nous-même la vérité. La porte d’entrée pour cette recherche sera Google 9 fois sur 10 ou peut-être Bing de Microsoft, Qwant ou Duckduckgo (sachant que les deux derniers utilisent les données produites par les deux premiers) … Dans tous les cas, je suis au regret de vous annoncer que cette porte d’entrée vers la recherche d’information vous mènera vers un cul-de-sac ! Mais ceci mérite d’être expliqué.

La censure de GOOGLE

Depuis le changement d’algorithme de juin 2019 chez Google, la guerre contre les sites internet du domaine de la « Santé » est déclarée et ça ne fait que s’aggraver de jour en jour. La majorité des sites de « santé alternative » a littéralement disparu d’une recherche sur Google. Il suffit de vous rendre dans les conditions générales de Google pour comprendre pourquoi :

Dit plus simplement, Google fait disparaitre tout ce qui n’est pas « de la médecine officielle ». À titre d’exemple, officiellement le régime cétogène n’est pas un traitement contre le diabète de type 2. De fait il sera exclu des résultats de recherche, même si la littérature scientifique est là pour confirmer l’efficacité du régime cétogène pour inverser le diabète de type 2. Vous voyez le problème ? À l’heure de la rédaction de cet article, on peut encore trouver des résultats de recherche sur Google pour inverser son diabète de type 2 grâce au régime cétogène, mais dans un proche avenir ce ne sera plus possible.

 

Ainsi, toutes les requêtes d’ordre médical, obtiendront comme résultat, non pas la réponse « la plus pertinente » comme c’était le cas avant 2019, mais la réponse « validée par Google ». C’est à cause de cette mise à jour d’algorithme que le site Mercola.com a perdu 99% de son trafic mi-2019. Oui, vous lisez bien : 99% ! Mercola qui était le premier site internet d’information de santé au monde, présent sur le web depuis 1997, avec des milliers d’articles a été blacklisté par Google du jour au lendemain. C’est aussi le cas de centaines de sites traitant de la médecine alternative, avec par exemple :  SelfHacked, Dr. Axe, Chris Kresser, Bulletproof, Mark’s Daily Apple, PaleoHacks, Robb Wolf et bien entendu … notre site EatFat2BeFit ! L’hécatombe est encore pire dans l’onglet « actualités » de Google, où ne sont répertoriés uniquement que des sites « autorisés » par Google…

 

Voici en image l’impact négatif des changements d’algorithme d’un mois sur l’autre après la censure par Google :

Des milliers d’autres sites « santé » ont perdu entre 90% et 100% de leur trafic ! Du jour au lendemain, ils sont passés de la première page de Google à la dixième ou la centième (jamais consultée) voire une disparition totale comme pour Mercola.com. Pour vous donner un ordre de grandeur, on parle de sites ayant plus d’un million de visiteurs par mois qui tombent à presque aucun visiteur… Ils sont comme supprimés du monde numérique. C’est un peu comme si vous tapiez « les misérables » dans le moteur de recherche d’Amazon ou de la Fnac en cherchant l’ouvrage de Victor Hugo et que cet ouvrage ne vous soit jamais proposé… De fait, ce livre serait comme excommunié du monde numérique…

 

Depuis juin 2019, si vous tapez des requêtes traitant de santé, vous obtiendrez des résultats émanant de sites officiels et validés par Google, tels que : WebMD, Healthline, Verywell, Medscape, RxList, MedicineNet que vous connaissez peut-être. Sachez que tous ces sites appartiennent au même groupe : Emdeon / WebMD acquis en 2017 par le fonds d’investissement KKR pour 2.8 milliards de dollars… Je suis désolé de vous apprendre que ce ne sont pas des bénévoles qui vont vous « offrir » une information médicale gratuite…. Aujourd’hui, les résultats obtenus sur Google en première page, viennent de sites qui valent des milliards de dollars, et qui pour fonction de produire de l’information pour vendre des milliards de dollars de médicaments ! Ce n’est donc ni sur Google, ni sur ces sites que vous trouverez comment inverser un diabète de type 2 ou perdre du poids grâce au régime cétogène, car ça ne rapporte rien !

 

Au fond l’idée de la censure n’est pas nouvelle chez Google, mais personne n’en a vraiment pris conscience quand cela a été initié. En 2007, le PDG de Google Eric Schmidt ainsi que les fondateurs Larry Page et Sergey Brin ont rejeté une initiative des actionnaires visant à lutter contre la censure … Depuis, Google s’autorise donc à pratiquer la censure.

Pour l’anecdote, Google appartient au groupe Alphabet qui détient aussi une filiale du nom de « Verily » massivement investie dans l’industrie pharmaceutique notamment au travers de nombreuses co-entreprises avec GSK, Pfizer, Novartis, Sanofi, Otsuja… La maison mère de Google détient aussi une filiale du nom de « Calico » impliquée pour sa part dans toutes les biotechnologies liées au vieillissement… Google est donc désormais une entreprise pharmaceutique ! On peut aisément comprendre qu’en étant moteur de recherche N°1 dans le monde ET entreprise pharmaceutique, Google chasse les remèdes de grand-mère des résultats de vos recherches…

 

En conclusion sur Google : Pour ceux qui ont connu l’internet de la fin des années 90 et ce formidable espace de liberté, ce temps est désormais révolu ! Google, comme Bing de Microsoft traitent 99.9% des requêtes de recherches et en résultat vous n’aurez plus la réponse la plus pertinente, mais la réponse qui fait les affaires de Google et de Microsoft ! Ces deux entreprises détenant le monopole de la recherche sur le web tout en étant largement impliquées dans l’industrie pharmaceutique, vous comprendrez qu’elles purgent le web (qu’elles contrôlent) de ce qui ne fait pas leurs affaires dans les industries pharmaceutiques (qu’elles contrôlent aussi). La recherche sur le web est gratuite … et comme vous le savez : « si c’est gratuit, vous êtes le produit » … Faut-il encore s’interroger pour savoir qui paye vraiment ?

La censure de YOUTUBE

YouTube a été créé en 2005 puis rapidement vendu à Google en 2006. Petit à petit, la vidéo s’est imposée sur le web, et YouTube est aujourd’hui considéré plus comme un « moteur de recherche vidéo » et un réseau social plutôt qu’un simple service d’hébergement de vidéos. La censure est discrètement arrivée sur YouTube, et depuis 2019 ce sont des centaines de milliers de vidéos qui ont été supprimées, ainsi que des chaines fermées du jour en lendemain malgré parfois des millions d’abonnés. Elles respectaient pourtant les standards de YouTube et ont été présentes durant des années sans le moindre problème. Concrètement, ce qui était « normal et acceptable » ne l’est plus, à mesure que les règles et les intérêts de YouTube (Google) changent. Les robots censurant massivement ce qui a été créé dans le passé et qui ne convient plus aux nouvelles règles du jour. Un peu comme si vous passiez en voiture devant un panneau de limitation de vitesse à 90 km/h et qu’après votre passage un policier change le panneau en 80 km/h, puis vous rattrape pour vous verbaliser et confisquer votre véhicule …. Comme dans l’ouvrage d’Orwell « 1984 », on change le passé grâce à des décisions à effet rétroactif.

« Celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé. »

1984, George Orwell

YouTube n’est plus un espace de liberté ! La censure y est devenue systématique, en conséquence nous n’y trouvons plus que des programmes de divertissement pour occuper « votre temps de cerveau disponible » comme le disait Patrick Le Lay l’ancien PDG de TF1. C’est ainsi qu’il décrivait sa mission : placer de la publicité pour les annonceurs et non pas de vous rendre plus intelligent.

Pour illustrer mes propos, voici ma liste de vidéo « à voir plus tard » : quasiment 80% des vidéos ont disparu, ou ont été censurées par YouTube… Vous avez bien lu ! Ce sont environ 80 vidéos qui ont disparu d’une liste en contenant à l’origine une centaine. Cette liste je la tiens à jour depuis des années, pour visionner plus tard ce que je n’ai pas le temps de consulter immédiatement. Dans une autre liste dédiée uniquement à la science, c’est une bonne moitié qui a disparu et là on parle de centaines de vidéos à l’origine …

Cette censure massive a permis d’ailleurs la naissance de service comme crowdbunker.com qui permet de s’en prémunir en effectuant une sauvegarde automatique. On y trouve d’ailleurs un onglet « censurés » avec toutes les dernières vidéos purgées par YouTube !

En conclusion pour YouTube : Aujourd’hui le réseau social / moteur de recherche YouTube est devenu un espace de divertissement pour occuper votre temps d’attention disponible et ainsi y placer un maximum de publicité. Vous offrez gratuitement à YouTube votre temps de cerveau disponible, et YouTube vend ce temps aux annonceurs. S’occupant au passage de la censure nécessaire pour purger tout ce qui serait contraire à ses intérêts. De fait, on ne peut plus considérer YouTube comme un espace pour apprendre, comprendre et partager de la connaissance, mais seulement pour visionner des vidéos de « petits chatons » entrecoupées de nombreuses publicités.

La censure de FACEBOOK / INSTAGRAM / TWITER / LINKEDIN

Les réseaux sociaux ont changé nos rapports avec les autres, probablement de façon irréversible. À leurs débuts, nous avons tous pu profiter de cette facilité à nous « connecter » avec des personnes que nous ne connaissions pas. Et ce fut dans les années 2010 une véritable révolution dans un sens positif. Mais cette époque est révolue et désormais les réseaux sociaux sont synonymes de censure, d’ingérence politique, de gros business, d’addiction, d’augmentation du taux de suicide chez les adolescentes, de cyberharcèlement et de problèmes de santé, avec entre autres un impact négatif sur notre sommeil.

 

Si vous n’avez pas vu le documentaire « The Social Dilemma », nous vous y encourageons sincèrement ! L’interview de toutes les personnes ayant mis au point ces réseaux sociaux et en particulier leurs algorithmes, et qui vous invitent à ne plus les utiliser est très riche d’enseignement.

 

Concrètement la censure sur Facebook dans le domaine de la nutrition ça donne quoi ?

 

Voici un exemple récent d’une publication sur Facebook de Carolyn Ketchum pour son blog cétogène. Il est question d’une simple photo d’une recette au beurre de cacahuète, que Facebook a considéré comme du contenu sensible qu’il fallait masquer. Faites ça plusieurs fois et vous serez victime de ce que l’on nomme du « Shadow Banning » c’est-à-dire que l’algorithme de Facebook ne montrera plus vos publications à vos abonnées… C’est discret, mais si vous avez un compte à 10 000 abonnés avec seulement 2 ou 3 likes par nouvelle publication, ne cherchez pas plus longtemps, votre compte est sur cette liste noire…

 

Pour les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et LinkedIn, vous n’êtes pas sans savoir que la censure devient systématique. Elle peut même se faire à postériori. C’est-à-dire que votre publication est autorisée, mais que des années plus tard elle sera supprimée suite à un changement de règle et à une visite par l’algorithme de vos anciennes publications. J’ai récemment pu constater en 2021 que certaines de mes publications de 2015 avaient … disparu !

Maintenant la censure sur Instagram (pour rappel Instagram appartient à Facebook).

 

Comme nous le savons désormais, le régime cétogène est dans le collimateur d’Instagram et en particulier tout ce qui tourne autour des produits « animaux ». Ainsi, de nombreux adeptes du régime carnivore se sont vu fermer leur page. Par exemple le Dr Paul Saladino qui annonce ci-dessous son retour avec un nouveau compte après qu’Instagram ait décidé de supprimer son précédent compte.

La censure sur Facebook et Instagram s’effectue grâce à des robots qui analysent en permanence tout ce qui est écrit (texte et image) et tout ce qui est dit en vidéo. Il suffit de prononcer les mots interdits pour que la censure s’applique. Les sujets sont nombreux, il est facile de prononcer les mauvais mots clés et surtout, une analyse a posteriori peut aussi se faire suite à un changement d’algorithme. Le groupe Facebook ayant publié récemment que ce sont 40 000 employés qui s’occupent de la censure.

 

Sur Twitter et sur LinkedIn, ça fonctionne à peu près de la même manière. Nous avons essayé de relayer sur LinkedIn et Twitter certaines études du régime cétogène que nous avons mis à disposition sur notre site https://eatfat2befit.com/les-etudes-scientifiques-du-regime-cetogene, mais elles se sont faites immédiatement et discrètement censurer… C’est-à-dire que ce que vous publiez disparait, sans le moindre avertissement ou explication. Si publier un article disponible sur PubMed est censuré, tout sera censuré dans l’avenir… Dans un sens, il était prévisible de s’attendre à la censure de publications sur le réseau social LinkedIn que Bill Gates a racheté en 2016, et qui viendraient s’opposer à ses intérêts pharmaceutiques.

La censure de SHOPIFY

Un grand nombre de boutiques en ligne utilisent les services de Shopify. C’est un service qui permet de créer rapidement sa boutique en ligne, sans les problèmes techniques qui vont avec. Si vous avez lu notre article sur la lumière bleue et comment et s’en protéger, vous connaissez la marque de lunettes à verres rouges Carbonshade. Eh bien la boutique en ligne de Carbonshade hébergée par Shopify a été fermée du jour au lendemain sans explication… Voici le message qu’ils ont été obligés de publier rapidement après la mise hors ligne de leur commerce électronique :

Carbonshade ne vend pas des produits interdits, mais des lunettes à verres rouges pour se protéger de la lumière bleue !

 

La leçon à retenir, c’est qu’utiliser des services comme Shopify ou Squarespace pour son E-commerce rend totalement dépendant de la politique de ces entreprises… Nous ne sommes pas libres ! Si vous avez envie de vendre des chaussettes en laine de mouton et que ceux qui hébergent votre boutique décident que vous exploitez les animaux, puis ferment votre boutique, vous saurez pourquoi !

La censure par e-mail sur MAILCHIMP / SENDINBLUE

Envoyer des e-mails à des milliers de personnes nécessite obligatoirement de passer par un service spécialisé de très haute qualité. Si vous choisissez un mauvais service, vos e-mails tombent dans les boites à SPAM. Depuis 2015 et jusqu’à la fin 2020 c’était Mailchimp qui était notre prestataire. Quand je dis « prestataire » je précise que ce service nous est facturé des centaines d’euros tous les mois. Mais suite à de gros problèmes, nous avons dû en urgence changer de prestataire. Puisque Mailchimp s’autorise désormais le droit de fermer votre compte pour différents motifs divers et variés constamment mis à jour, comme le simple fait de parler de vitamines par exemple…

 

Nous avons donc ouvert un compte chez Sendinblue pour tester leur fiabilité. Ce qui fut très rapide puisque quelques jours plus tard nous avons reçu un message nous indiquant que la « perte de poids » n’était pas un secteur approuvé par Sendinblue. Désormais vous saurez que le porno, les jeux d’argent et la perte de poids ont cela en commun d’être des « sujets sensibles ». 😊

Ces différents problèmes nous ont poussés vers un prestataire qui aujourd’hui nous offre le service que nous attendions. Grâce à AWeber nos e-mails arrivent bien dans votre boite de réception et ils sont heureux de nous avoir comme client.

La censure scientifique

Si vous pensiez que la science était neutre, détrompez-vous. La censure s’y généralise. À titre d’exemple quand le Dr Clemens de la clinique Paleomedecina en Hongrie veut publier une étude de cas d’un patient touché par un Glioblastome traité depuis 38 mois avec un régime paléo-cétogène, le refus est systématique. Et ce malgré les 1150 dollars que coutent la soumission de l’étude. Aujourd’hui chaque revue médicale est devenue « politique » et malgré la fiabilité des données à publier, si le sujet est sensible, la publication ne se fait jamais. C’est pour cette raison que l’on voit désormais de plus en plus de « prépublications» pour mettre à disposition des informations précieuses et contourner la censure des majors de la littérature scientifique. Voici ci-dessous les échanges entre le journal et le Dr Clemens :

De façon évidente, nous pouvons nous attendre à une censure grandissante de la part de revues scientifiques quand il sera question d’intervention nutritionnelle qui ne rapporte rien d’autre qu’une meilleure santé pour les patients et pas un centime pour des laboratoires… Researchgate, plateforme où tous les chercheurs du monde entier sont connectés, n’est plus non plus à l’abri de la censure. Certains diront que les millions de dollars investis par Bill Gates dans ce réseau n’y sont pas étrangers…

 

En rendant hommage aux pionniers du régime cétogène, nous avons évoqué les parcours judiciaires de ceux qui ont simplement voulu vous offrir une meilleure santé grâce au régime cétogène. Qu’il soit question du Pr Tim Noakes, du Dr Annika Dahlqvist ou du Dr Gary Fettke, ils ont eux aussi subi les affres d’une administration aveuglée. Il faut se rendre à l’évidence, ce n’était qu’un amuse-bouche de ce que nous vivons aujourd’hui…

Le problème Wikipédia

Passons maintenant à un autre « ministère de la vérité » avec Wikipédia ! L’idée de départ était gentille avec l’ambition de créer une encyclopédie universelle constamment mise à jour grâce à une armée de bénévoles venant enrichir l’ensemble. La neutralité de point de vue étant un des piliers de Wikipédia, avec je cite : « La neutralité consiste à présenter les idées et les faits de façon à satisfaire les partisans autant que les détracteurs. »

 

Mais ça, c’était la théorie…

 

Wikipédia a été fondé en 2001 par deux personnes : Larry Singer et Jimmy Wales. Voici ce que nous dit Larry Singer en juin 2021 sur son blog à propos de Wikipédia qu’il a pourtant lui-même créé :

 

« Ce n’est pas vraiment une nouvelle, mais cela mérite d’être répété. Wikipédia rejette ouvertement la neutralité, et c’est pourquoi il est sans vergogne hypocrite dans la façon dont il continue de faire semblant de défendre sa politique de « point de vue neutre ». Les éditeurs de Wikipédia embrassent parfois leurs préjugés avec tant de ferveur que leurs articles apparaissent plus comme de la propagande que comme du matériel de référence. »

 

Et il ajoute :

 

« Pour ces raisons, il n’est pas exagéré de dire que Wikipédia, comme beaucoup d’autres institutions profondément biaisées de notre nouveau monde numérique, s’est transformé en une sorte de police de la pensée qui a de facto enchaîné les points de vue conservateurs avec lesquels ils sont en désaccord. La démocratie ne peut prospérer dans de telles conditions : je maintiens que Wikipédia est devenu un adversaire d’une démocratie vigoureuse. »

 

Vous voyez l’ampleur du problème ?

 

Complétons avec l’avis de l’autre co-fondateur de Wikipédia, lui toujours aux commandes. On peut lire sur sa propre page Wikipédia ceci : « Jimmy Wales a observé qu’environ 50 % des modifications réalisées sur Wikipédia sont faites par seulement 0,7 % des utilisateurs, soit une communauté restreinte de 524 volontaires : « je connais chacun d’entre eux et chacun connaît tous les autres ». Pour gérer le site, il estime que « c’est ce groupe d’environ une centaine de personnes qui compte vraiment ».

 

Dit autrement, c’est donc une centaine de personnes très « orientées », avec des opinions très précises qui font exactement le contraire de ce pour quoi Wikipédia a été fondé : la neutralité !

 

Pour l’exemple je vais prendre la page du Pr Didier Raoult que tout le monde connait désormais. (Qu’on aime le professeur ou pas) On peut consulter facilement l’intégralité de l’historique des modifications de sa page.

 

  • Nombre de modifications de sa page Wikipédia entre sa création en 2008 et début 2020 (début de la phase Covid19) = 400 modifications en 12 ans.
  • Nombre de modifications de sa page depuis début 2020 = 2600 modifications en 20 mois !

Il suffira de lire sa page, pour comprendre que les gens qui écrivent pour Wikipédia (et surtout la centaine de personnes influentes ayant le niveau d’accréditation supérieur pour autoriser et supprimer du contenu), ne sont clairement pas n’importe qui et surtout pas des personnes attachées à la neutralité des faits. Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que les principaux contributeurs financiers de la fondation Wikimedia (qui possède Wikipédia) soient Google, Microsoft, Apple et Amazon avec 1 à 2 millions de dollars par an (il faut toujours chercher à savoir qui paye, pour savoir qui est au service de qui) 😊

 

Conclusion sur Wikipédia : Contrairement à une encyclopédie Larousse dans notre bibliothèque, qui malgré ses failles essayait de transmettre de la connaissance de la façon la plus neutre possible, Wikipédia est devenu un outil de propagande remarquablement efficace, capable de réécrire le passé, le présent et le futur en temps réel selon les besoins. Wikipédia était une bonne idée en théorie, malheureusement un horrible outil de propagande dans la réalité. Terminons sur son lien avec Google qui place désormais Wikipédia en N°1 de n’importe quelle recherche sur internet. Les 2 ministères de la vérité se sont associés. Tout ce qui est présent dans ces deux-là devenant la vérité, et tout ce qui n’y est pas ou plus n’existant plus … Comme on l’entend dans certains films de science-fiction : « vous avez été effacé ».

Que pouvons-nous faire pour contrer cette censure massive et la pensée unique ?

Vous l’aurez compris, nous sommes entrés dans une ère compliquée en matière de partage de connaissances, de liberté d’expression et de diversité d’opinions. Il y a 20 ans nous étions heureux de trouver un véritable espace de liberté d’expression grâce à internet pour affronter le monopole des grands médias, aujourd’hui on se retrouve avec les mêmes problèmes, en pire. D’un côté les outils numériques n’ont jamais rendu aussi simple la circulation d’informations, de l’autre la censure et la pensée unique n’ont jamais été aussi puissantes.

 

Dans les années 80 « Vu à la TV » était une sorte de gage de garantie. Aujourd’hui, c’est « Vu sur le web » ou « Vu sur Facebook » qui assure une sorte de légitimité à l’information. De fait, ce qui est supprimé d’internet par la censure n’a plus d’existence du tout ! Et si historiquement il était difficile d’interdire des livres, ça ne prend aujourd’hui que quelques clics pour faire disparaitre un pan entier de connaissances.

 

Face à tout cela, nous ne pouvons plus rester passifs, il faut agir !

 

Nous pouvons privilégier les outils qui respectent notre liberté d’expression ainsi que nos données personnelles. Par exemple abandonner WhatsApp et utiliser Signal à la place quand nous voulons échanger des messages privés. Mais nous pouvons aller plus loin…

 

Comme nous l’avons annoncé à la fin 2020 en vidéo, nous avons décidé de ne plus nous investir sur les réseaux Facebook, Instagram, LinkedIn et YouTube qui pratiquent massivement la censure. Ce n’est pas forcément une décision facile à prendre quand on s’est investi durant des années sur ces réseaux, mais in fine on y gagne la satisfaction de ne plus être complice d’un système que nous désapprouvons. Nous avons écrit un billet sur notre divorce de Facebook en 2019, qui était sans le savoir à l’époque, le début de notre émancipation.

Nous avons à ce moment-là ouvert un canal sur Telegram et nous constatons aujourd’hui que beaucoup nous ont imités pour retrouver un espace de communication libre, comme Dave Asprey ou Mercola par exemple.

Néanmoins, Telegram n’est pas un réseau social. Il peut être efficace pour diffuser quelques informations, mais c’est à la base une application de communication privée qui ne permet pas de suivre facilement 500 canaux comme avec un réseau social.

Nous nous sommes donc investis dans le réseau social MeWe depuis novembre 2020. Et nous en sommes très satisfaits ! Vous êtes d’ailleurs des centaines à nous y avoir rejoints. Les avantages de MeWe sont très nombreux :

  • C’est gratuit
  • C’est en Français
  • Il y a une application pour les smartphones
  • Il n’y a pas de censure
  • Il n’y a pas de publicité
  • Il n’y a pas d’algorithme qui décide de ce que vous voyez
  • Il n’y a pas de revente de vos données
  • Il existe depuis 2012

Grâce à MeWe nous avons pu retrouver un espace pour communiquer librement et nous vous encourageons à l’utiliser avec vos amis et vos contacts. MeWe est aujourd’hui le seul réseau social respectant notre vie privée, il est donc devenu naturellement notre réseau social.

Pour lutter contre la censure, nous avons dû aussi mettre notre site à l’abri. C’est pour cette raison qu’il est hébergé en Suisse chez Infomaniak. Cette entreprise lutte activement contre le monopole d’Amazon / Microsoft dans l’hébergement et de Google dans ses outils en ligne et offre une véritable alternative ! Si vous voulez une alternative gratuite à Gmail pour vos emails, Infomaniak est là pour vous.

Pour communiquer avec vous, c’est AWeber que nous utilisons depuis fin 2020. Pour le moment, nous n’avons eu aucun problème et nous sommes libres de nos communications. L’e-mail est notre lien privilégié avec vous, car c’est notre seule façon de contourner la censure. Si vous êtes abonné à notre newsletter, restez-le et si vous n’y êtes pas encore, nous vous encourageons à le faire.

Conclusion

J’espère avec cet article, avoir su attirer votre attention sur le grand danger de notre époque :  la censure généralisée partout dans le monde numérique. La disparition ou l’impossibilité d’accéder à l’information passée, la censure et la désinformation de l’information du présent, sont des paramètres à maitriser lorsque l’on est à la recherche d’une meilleure santé. Nous ne savons pas de quoi sera fait l’avenir, mais nous ferons le maximum pour continuer à diffuser de l’information et de la connaissance autour du régime cétogène pour vous aider !

A très bientôt sur notre site ainsi que notre page sur Mewe et restez bien connecté à notre newsletter, nos seuls liens pour communiquer sans filtre avec vous…