fbpx

Les fondamentaux : la respiration cellulaire

respiration cellulaire

Cette série de réactions chimiques, qui conduit à la dégradation des molécules d’origine alimentaire en présence du dioxygène de l’air, est nommée « respiration cellulaire ». Elle se déroule au cœur même de nos cellules…

Pour réaliser la plupart de ses activités, une cellule a constamment besoin de consommer et de produire de l’énergie. Dans nos cellules, cette énergie « directement utilisable » est représentée par un intermédiaire énergétique nommé adénosine triphosphate ou ATP. Sa présence est indispensable pour permettre à certaines réactions non spontanées et nécessitant de l’énergie (réactions dites endoénergétiques) de s’effectuer.
La consommation massive et continue d’ATP, sans que son stockage intracellulaire ne soit possible, impose à la cellule une production tout aussi massive et continue. L’ATP doit être constamment régénérée.
Cette régénération est permise par la dégradation de substrats organiques tels que, par exemple, le glucose. Nos cellules le dégradent et en extraient l’énergie qu’il renferme pour la convertir en ATP. Dès son entrée dans la cellule, ce glucose subit une série de réactions de dégradation, d’abord dans le cytoplasme (glycolyse) puis dans la mitochondrie.
Véritable siège de la respiration, et donc inféodé à la présence de dioxygène, cet organite constitue la centrale énergétique de la cellule. C’est en effet en son sein que se déroulent les réactions de décarboxylation et d’oxydoréduction aboutissant à une production massive d’ATP.

©réseau-canopé

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Autres articles

Laisser un commentaire