EatFat2BeFit : Nous tenons à vous remercier pour cet entretien. Tout d’abord pouvez-vous vous présenter, nous expliquer votre parcours de professionnel de santé ainsi que votre passion pour la nutrition ?

Dr Béjat : Je suis titulaire d’un Doctorat en Médecine, mais j’exerce depuis quelques années comme thérapeute en nutrition, micronutrition et phytothérapie. Il y a trente ans, une amie m’a offert le livre du Dr KOUSMINE intitulé « Sauvez votre corps ». Ce qu’y expliquait la doctoresse a été pour moi à la fois une révélation mais aussi une évidence. À partir de ce jour, j’ai « tourné le dos » à la médecine allopathique et suivi de nombreuses formations dans le domaine de la nutrition et de la naturothérapie.

EatFat2BeFit : Vous êtes présidente de l’association Kousmine France, faisant la promotion du travail du Dr Catherine KOUSMINE[1]. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs de quelle approche il est question quand nous parlons de médecine orthomoléculaire ?

Dr Béjat : Catherine KOUSMINE (1904-1992) était médecin et exerçait en Suisse. Elle a soigné avec succès de nombreux patients atteints de pathologies graves (cancer, sclérose en plaques, polyarthrite, etc.) grâce à sa méthode basée sur 5 piliers :

  • L’alimentation : « Nous sommes faits de ce que nous mangeons »
  • Le couple intestin-foie, clé de voûte de la santé.
  • L’équilibre acido-basique.
  • La micronutrition (usage de compléments alimentaires si nécessaire, pour drainer les toxines et combler les carences) autrefois appelée la médecine orthomoléculaire.
  • L’immunomodulation qui n’est plus guère utilisée aujourd’hui.

Les découvertes scientifiques actuelles montrent à quel point CK était visionnaire dans son approche de la santé.

EatFat2BeFit : Quand avez-vous découvert l’alimentation cétogène ?

Dr Béjat : En tant que thérapeute en médecine nutritionnelle et fonctionnelle, je suis en permanence amenée à accompagner des personnes atteintes de pathologies graves : cancers, maladies métaboliques, auto-immunes, neurodégénératives… Face à l’impuissance de la médecine à guérir ces maladie chroniques, je me dois de proposer aux patients un accompagnement nutritionnel le plus efficace possible et bien sûr dénué d’effets secondaires. Cela signifie se former en permanence et ne pas écarter, à priori, des avancées scientifiques qui semblent inconcevables à première vue.

C’est ainsi qu’il y a quelques années, j’ai participé à Paris à un congrès autour de la prise en charge alternative du cancer. C’est là que j’ai entendu pour la première fois évoquer la probable nocivité de tous les glucides. J’étais très dubitative et j’ai donc « oublié » l’information, mais la graine était plantée.

Par la suite, je me suis intéressée à l’alimentation ancestrale préconisée par le Dr Jean Seignalet, ce qui m’a conduite de fil en aiguille à étudier le régime paléolithique… En juillet 2014 est sorti un livre, « Le régime cétogène contre le cancer » que j’ai lu d’une traite. A l’issue de ma lecture, j’ai décidé d’expérimenter moi-même ce type d’alimentation pour savoir s’il était possible de le proposer à mes patients. Pendant 4 mois, je m’y suis tenue d’autant plus facilement que je m’y sentais très bien. Rien ne me manquait à part les fruits (c’était l’été et j’adore les pêches !). J’ai lamentablement craqué à la fin de l’année en « tombant » dans les chocolats de Noël. Mais je m’y suis remise ensuite, et c’est actuellement mon mode alimentaire.

Bien sûr, j’ai voulu en savoir davantage sur un plan scientifique et je me suis plongée dans toutes les études relatives au sujet. Ma conclusion est que c’est une approche logique, sans effets secondaires délétères, et qui s’avère efficace.

EatFat2BeFit : À partir de quel moment, avez-vous décidé de prescrire l’alimentation cétogène dans votre pratique médicale ?

Dr Béjat : Après ma première expérience personnelle, je n’ai pas hésité à proposer cette approche nutritionnelle aux patients atteints de cancer ou de maladies neurologiques. Il m’arrive également de le proposer dans d’autres pathologies comme le diabète de type 2, le syndrome métabolique, etc., ou lorsque d’autres approches nutritionnelles s’avèrent insuffisamment efficaces.

EatFat2BeFit : Avez-vous échangé avec des confrères au sujet de l’alimentation cétogène et si oui quelles ont été leurs réactions ?

Dr Béjat : Je parle bien sûr de cette approche alimentaire autour de moi. J’ai même fait une conférence en Algérie sur ce thème. J’enseigne dans diverses écoles de naturopathie et évidemment j’évoque le régime cétogène. Les étudiants sont d’abord décontenancés, puis certains d’entre eux se lancent dans l’aventure pour l’expérimenter personnellement et peut-être un jour le proposer à leurs patients.

En ce qui concerne mes confrères médecins, il y a plusieurs cas de figure. J’ai personnellement assisté à une conférence très scientifique et documentée faite par un médecin généraliste qui prône ce genre d’alimentation pour certaines pathologies. D’autres médecins assistaient à cette présentation et certains ont été intéressés, mais je ne sais pas s’ils en font bénéficier leurs patients.

En revanche, lorsque mes patients expliquent à leur médecin qu’ils suivent une alimentation cétogène, il y a deux types de réactions : certains thérapeutes les exhortent d’arrêter immédiatement en prétendant que cela est dangereux pour leur santé ; d’autres balaient d’un revers de main cette « fantaisie » sans intérêt à leurs yeux. L’un d’entre eux a même parlé de « patasciences » alors qu’il venait d’exprimer sa surprise devant l’amélioration inattendue de la santé d’un jeune homme atteint d’une tumeur cérébrale.  Je suis toujours désolée du manque de curiosité de mes confrères, à l’heure où Internet permet de se documenter facilement et rapidement sur n’importe quel sujet.

EatFat2BeFit : Vous m’avez indiqué utiliser vous-même l’alimentation cétogène. Comment la pratiquez-vous et dans quel but ? Comment se déroulent vos journées au niveau alimentaire ?

Dr Béjat : J’ai un emploi du temps professionnel très chargé et il y a un an, je commençais à accuser le coup : céphalées quasi quotidiennes, tendinite au coude, arthrose dans un pouce, et grande fatigue. Comme je gardais un bon souvenir de ma première expérimentation, j’ai décidé de me remettre au régime cétogène. Mes troubles ont rapidement disparu, mon sommeil s’est amélioré et la forme est revenue. Seule ombre au tableau, je n’ai pas perdu de poids, mais j’avoue que je consomme un peu trop de lipides pour pouvoir brûler mes propres réserves ! De plus, alors que j’ai fait beaucoup de sports de compétition lorsque j’étais plus jeune (natation puis aviron), je n’arrive plus à trouver le temps de pratiquer régulièrement une activité physique.

Voici une journée alimentaire type, sachant que tout est bio et non transformé

Petit déjeuner :

  • Un œuf-coque et un avocat avec un peu d’huile d’olive et de citron ;
  • Une boisson chaude type « Ricorée » bio avec du lait d’amande.

Déjeuner

  • Une crudité assaisonnée avec 2 càs d’une huile riche en oméga 3 ;
  • Une protéine animale dont 2 à 3 fois par semaine du poisson gras ;
  • Un légume de saison cuit à la vapeur douce et assaisonné un peu d’huile ou de ghee ;
  • Un café et un carré de chocolat à 85% de cacao.

Collation vers 17hOO (si j’ai le temps)

  • Un céto-chocolat chaud !

Dîner, pris le plus tôt possible, l’idéal étant de jeûner chaque nuit au moins 12 heures

  • Une soupe de légumes-maison ;
  • Une crudité ;
  • Une protéine si j’ai faim.

Une ou deux fois par semaine, je m’autorise un petit écart car je ne souffre d’aucune pathologie et suis souvent en déplacement professionnel, donc à l’hôtel. Je n’ai aucune difficulté à reprendre ensuite mon alimentation habituelle.

EatFat2BeFit : Quel est votre bilan de votre expérience personnelle de l’alimentation LCHF ? Quels sont les effets (positifs ou négatifs) que vous en avez retirés ?

Dr Béjat : Comme je l’ai dit précédemment, les troubles dont je souffrais ont disparu et je me sens très bien en mangeant de la sorte.

EatFat2BeFit : Quels sont les nouveaux aliments que vous avez introduits dans votre alimentation LCHF ?

Dr Béjat : Aucun.  En fait, j’ai surtout supprimé des aliments : céréales, pommes de terre, fruits à l’exception d’un peu de baies parfois. J’utilise du beurre clarifié et de l’huile de coco en plus des huiles de première pression à froid.

EatFat2BeFit : Aimez-vous manger en général ? Considérez-vous l’alimentation LCHF comme savoureuse ou incompatible avec le plaisir de manger ?

Dr Béjat : J’adore manger ! Et j’ai gardé de mon passé sportif un bon coup de fourchette !

Mais je me régale avec mon alimentation actuelle, même si aujourd’hui je ne fais plus beaucoup de « vraie » cuisine (j’ai beaucoup donné dans le domaine en tant que mère de quatre enfants aujourd’hui adultes).

EatFat2BeFit : Docteur Béjat, vous êtes un expert en matière de jeûne thérapeutique. On sait que l’alimentation cétogène mime les effets du jeûne sur bien des aspects. Selon vous, comment bien articuler l’alimentation cétogène et le jeûne pour en tirer de meilleurs bénéfices ?

Dr Béjat : Le jeûne permet la synthèse de corps cétoniques à partir du 3ème jour environ. Mais il permet en plus de « faire un grand ménage » dans l’organisme. Il est tout à fait possible de suivre une alimentation cétogène et de pratiquer une semaine de jeûne par an. Je conseille aussi à mes patients de pratiquer une ou deux fois par semaine des jeûnes dits de 16 ou 18 heures (en sautant un petit déjeuner ou un repas du soir par exemple) : cela stimule nos enzymes de longévité.

EatFat2BeFit : Avez-vous une stratégie de complémentation alimentaire pour vous-même ?

Dr Béjat : Je prends d’octobre à juin de la vitamine D (4000 UI/jour), de la vitamine K2MK7 pour une optimisation du métabolisme du calcium, et du silicium. Je peux aussi utiliser des compléments de magnésium, surtout en période de stress, et des omégas 3 allongés (huile de poisson) quand ma consommation de poisson gras n’est pas suffisante. Enfin, il m’arrive de faire des cures d’autres compléments selon mes besoins (pré et probiotiques, vitamines, oligo-éléments, etc.). Sans oublier bien sûr la vitamine C.

EatFat2BeFit : La vitamine C et les travaux de Linus Pauling est un sujet captivant. Vous êtes vous-même passionnée par cette vitamine. Pouvez-vous nous parler spécifiquement de la vitamine C dans le cadre de l’alimentation cétogène ?

Dr Béjat : Il semblerait que nous sommes tous carencés en vitamine C parce que nous avons perdu au cours de l’évolution la capacité de la synthétiser nous-mêmes. Je rajoute chaque jour une cuillère à café d’acide ascorbique dans un litre d’eau que je bois dans la journée. Et contrairement à ce que l’on prétend, la vitamine C même prise en fin de journée ne nuit pas au sommeil, bien au contraire.

EatFat2BeFit : Nous partageons le goût pour les jus de légumes et d’herbes, véritables « bombes à micronutriments ». Quelle est votre recette favorite et dans quel but ?

Dr Béjat : Je n’ai pas vraiment de préférence et je fais des jus selon l’inspiration du moment et de la saison. Mais je pense qu’il est préférable de consommer les légumes entiers qui nous apportent d’indispensables fibres. Je recommande les jus surtout aux personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable, afin de les réadapter progressivement au cru.

EatFat2BeFit : Est-ce que désormais le régime cétogène est votre alimentation, totalement intégrée dans votre approche orthomoléculaire ?

Dr Béjat : Personnellement bien sûr. Mais je ne propose pas systématiquement cette alimentation à tous mes patients. Selon leur pathologie, je peux leur conseiller le régime ancestral du Dr Jean Seignalet, ou l’alimentation paléolithique… Et chez les personnes qui souhaitent simplement rester en bonne santé, je conseille l’alimentation « santé-durable » avec pour seule consigne de n’utiliser que des produits non transformés, biologiques, frais, locaux et de saison.

EatFat2BeFit : Quel bilan global faites-vous de l’alimentation LCHF, ses promesses en matière de lutte contre de nombreuses maladies, le lobbying puissant aussi bien des laboratoires que de l’industrie agroalimentaire, et de l’inertie de monde médical à mettre à jour ses connaissances grâce aux dernières découvertes ?

Dr Béjat : Il faut être patient… L’autre soir, sur Antenne 2, il y a eu une émission avec Michel Cymes (médecin très critique à l’égard des médecines alternatives) qui réhabilitait « le gras » dans l’alimentation et dénonçait (enfin !) les méfaits des glucides. Il était même question des All Blacks qui s’entraînent apparemment une partie de l’année en ayant une alimentation cétogène…

De toute façon, il est inutile d’essayer de convaincre les gens. Pour ma part, je propose ce type d’alimentation en l’expliquant et en donnant des références de livres ou d’articles, puis le patient dispose. J’aime à citer cette phrase : « Quand l’élève est prêt, le maître apparaît ».

EatFat2BeFit : En tant que professionnelle de la santé, quels conseils donneriez-vous à ceux qui hésitent à franchir le pas ? Notamment ceux qui hésitent, car malgré la science disponible, qui se sentent peu soutenus par leurs médecins ?

Dr Béjat : Qu’ils s’informent sérieusement, et tentent l’expérience si le cœur leur en dit. Mais ils ne doivent pas oublier qu’au cours des premiers jours, ils risquent de souffrir de la « keto-flu », signe que leur organisme s’adapte. Il n’y a aucun danger à essayer quelques semaines, voire sur le long terme, ce type d’alimentation pour laquelle nous avons été programmés par au moins 3 millions d’année d’évolution. Et souvent, l’essayer sera l’adopter !

EatFat2BeFit : Un dernier mot pour nos lecteurs Docteur Béjat ?

Dr Béjat : Je préfère laisser la parole à d’autres que moi pour conclure cet entretien.

Un de mes amis, biologiste de renom, affirme qu’il nous faut être « curieux, critique et cohérent ».

Catherine KOUSMINE disait « Notre corps est un temple, n’y faisons pas rentrer n’importe quoi ».

Enfin, Francis BACON a écrit : « On ne commande à la nature qu’en obéissant à ses lois ».

EatFat2BeFit : Merci sincèrement docteur Béjat pour votre précieuse expérience !

Note : Si vous aussi vous souhaitez apporter votre témoignage de l’alimentation LCHF aussi bien pour rester en forme que pour perdre du poids, dans le cadre d’une performance sportive ou pour lutter contre la maladie, n’hésitez pas à contacter EatFat2BeFit car chaque expérience partagée est précieuse.


Références :

[1] https://www.kousmine.fr/dr-kousmine/

6 Commentaires
  1. Valerie Mouline 4 mois Il y a

    C’est Kousmine et ses enseignements qui m’ont ouverts l’esprit sur l’alimentation. J’ai un peu suivi le même parcours. Seignalet, Paléo puis LCHF. PArce que c’est une évidence. Merci à cette grande femme, Mme KOUSMINE. Merci Dr BEJAT pour ce témoignage et merci Ulrich pour cet entretien riche. Belle journée 😉

  2. Patrice Vetsel 4 mois Il y a

    On en revient souvent à cette petite graine qui est plantée et qui fait son petit chemin dans notre esprit jusqu’à ce que cela devienne une évidence. Bonne journée à tous 🙂

  3. Steph 3 mois Il y a

    Simplement merci pour votre travail qui nous donne accès à des témoignages éclairants sans pour autant être dogmatiques.

  4. Carole Bruyant 3 mois Il y a

    L’alimentation Kousmine.. toute ma jeunesse ;o) ! Non sans blaguer, j’ai découvert les travaux du Dr C Kousmine lorsque je bossais en mag bio (1991 – 1996). Dont la fameuse crème Budwig sont je me suis longtemps délectée (sans le citron…). Crème Budwig hélas bourrée d’omega 6, on ne savait pas à l’époque tout ce qu’on sait maintenant. Kousmine avait identifié des acides gras “essentiels”, qu’elle nommait “vitamine F” si mes souvenirs sont bons. Elle parlait surtout d’acides gras “trans”…Et c’est grâce aux “perpétuateurs” de ses travaux après son décès que je me suis par la suite énormément intéressée aux omega 3, après notamment la lecture du livre de Michel Odent “Les acides gras essentiels” (https://www.amazon.fr/acides-gras-essentiels-Michel-Odent/dp/2908861003 ; j’ai malheureusement donné ce livre…il était assez technique mais j’ai fait une année de médecine, ça aide…). J’avais un client au mag bio qui avait une SEP et qui avait réussi à réduire la fréquence de ses poussées.. Bref, je m’intéressait beaucoup à l’alimentation depuis longtemps mais le Dr Kousmine a plus orienté mes centres d’intérêts vers les micronutriments. Merci pour cette interview, le monde médical s’ouvre, difficilement mais ce genre de témoignage nous montre qu’il n’est pas complètement étanche, ça fait son chemin…

    • Auteur
      Ulrich Genisson 3 mois Il y a

      il reste étanche ce petit monde, car il ne supporte pas de se remettre en question. du coup, ceux qui veulent voir les choses autrement, sont obligés d’en sortir. c’est d’ailleurs ce qu’à fait le Dr Béjat…

  5. AlienorDeBroceliande 3 mois Il y a

    Merci pour cette interview. .ça donne du baume au coeur

Laisser une réponse

© 2015-2018 EatFat2BeFit #LCHF #MadeInFrance with ❤️

lectus Praesent id, Aenean dolor mattis ipsum

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?